Isabelle MARESCAUX – Art-thérapie, Thérapie holistique, travail du deuil

Jours d'intervention

Texte jours d’intervention

La maladie exclut. Tout d’abord le corps, que l’on regarde comme l’objet malade et ensuite la personne dans son ensemble. Elle se détache de son corps malade, ce corps que la médecine traite – et parfois lourdement. Elle le considère comme un objet dont le fonctionnement est altéré face, auquel elle cherche comment le retrouver dans la santé. Elle est à la fois dans l’impuissance (j’aimerais guérir mais je ne sais pas comment faire), dans la culpabilité (qu’est ce que j’ai fait pour mériter cela ?) et dans l’espoir.

Parallèlement à cela, l’isolement apparait : La personne est seule avec la pathologie, qu’il s’approprie parfois en la nommant : « ma maladie, mon cancer…. ». Même si la famille ou les proches sont présents, ils ne peuvent qu’être témoins silencieux, car la compréhension n’est pas possible. En miroir de tout cela, la maladie vient toucher le questionnement identitaire de façon plus aigüe : Quelle est mon histoire ? Où est ma place ? Pourquoi suis-je « tombé(e) » malade ?

Les pistes de travail proposées vont s’intéresser à l’histoire familiale et aux chemins parfois étranges empruntés par les mémoires pour se manifester dans le corps sous la forme d’une mal-à-dit. Les outils proposés considèrent la personne dans son ensemble (holistique) et vont l’inviter à parcourir et accueillir les schémas familiaux pour percevoir de quelle façon les blocages ont investi le corps.

La pratique en individuel

Les séances d’exploration sont constituées d’entretiens au cours desquels nous allons aller de plus en plus en profondeur dans l’histoire trans-générationnelle.

La séance de protocole énergétique offre à la personne un moment de relaxation sur une table de massage, durant lequel le praticien est amené à contacter les mémoires du corps par un toucher léger là où le corps le requiert, tout en questionnant la personne selon un fil conducteur propre à la séance.

Un temps d’échange clôture la fin de séance.

La séance

Les séances se décomposent en plusieurs phases :

  • Un premier entretien avec un questionnaire précis concernant la personne et son histoire familiale
  • Une étude de son identité (noms, prénoms)
  • Une exploration approfondie de l’histoire familiale, des événements marquants, des deuils
  • Le décodage de la pathologie et des impacts sur la santé
  • Une proposition de protocole d’exploration énergétique des mémoires cellulaires

Les bienfaits

Les entretiens du début s’adressent plus à la partie « réfléchie ». Plus nous allons entrer dans l’exploration de l’histoire généalogique, plus la personne va être invitée à lâcher le mental pour venir percevoir son corps. C’est une proposition de réconciliation avec ses cellules et notamment celles qui ont développées une altération.

L’émotionnel peut donc être levé à différentes étapes de la séance.

Le protocole énergétique permet des prises de consciences immédiates, un relâchement des tensions et du vécu douloureux emmagasiné comme réponse à une situation antérieure particulière (le facteur ou le choc déclenchant de la pathologie avec notamment la notion de deuil).

La pratique en groupe

L’Art-thérapie pour quoi ?

  • Pour manifester en forme et en couleur ce qui ne peut être verbalisé.
  • Pour permettre au mental d’aller voir ailleurs et laisser l’inconscient se manifester.
  • Pour s’accueillir dans son authenticité.
  • Pour donner du sens à ses expériences
  • Pour révéler son potentiel créateur
  • Pour (r)éveiller son moi guérisseur.

Les séances sont également axées vers une problématique identitaire, une notion de place. Nous abordons ici la place individuelle et celle dans le groupe (donc dans le monde). Les outils utilisés sont le Mandala, comme structure spatio-temporelle de l’individu s’affirmant dans le monde, la symbolique de l’arbre, qui renvoie au corps humain et à la généalogie familiale et le travail de la terre comme retour à la matière.

La séance

La séance dure environ deux heures et débute par une présentation de l’outil et un échange avec chacun des participants.

Il leur est ensuite proposé une relaxation-méditation courte pour lâcher les tensions du corps et du mental, puis le thème de la séance proprement dite.

Vient ensuite la séance de tracé et mise en peinture du travail, le tout étant réalisé en silence.

Un échange du vécu de chacun est partagé en fin de séance.

8 personnes maximum par séance

Les bienfaits

  • Une découverte et un développement de sa créativité
  • Un meilleur ancrage
  • Un travail thérapeutique approfondi