Le Café-Deuil

Le principe du Café-deuil est né au sein de l’Association Vivre Son Deuil, il y a maintenant plus de 20 ans et ce n’est que plus récemment qu’il a démarré en France.

Pourquoi le Café-deuil?

Les associations « Vivre Son Deuil » ont constaté dès 1984 une diminution du nombre de personne intéressées par les groupes de soutien ou d’entraide pour endeuillés.

L’engagement sur plusieurs séances peut faire peur. Planifiées par avance, elles créent une obligation de présence qui viennent bousculer les habitudes de vie des endeuillés .

La peur de venir parler de son deuil à un groupe constitué lorsque l’on n’a jamais expérimenté ce processus fait que le groupe se disloque peu à peu au fil des séances…

L’idée de la thérapie est également présente en filigrane qui peut être gênante pour certains.

Etant donné qu’il existait une curiosité certaine pour les cafés littéraires, psy et/ou philosophiques, les Suisses ont adapté ce modèle au deuil en créant les Cafés-deuil.

Notons également « les Cafés-mortels » mis en place par le Sociologue Suisse Bernard CRETTAZ.

Le but du Café-deuil?

Il offre un espace pour se dire et écouter les autres. Il donne la possibilité de laisser résonner en soi la peine de l’autre et permet à l’empathie et la compassion de se manifester.

Il offre un lieu de parole où l’on peut mettre des mots sur l’indicible, sur ce que l’on n’ose pas dire, sur ce que les proches ne veulent pas ou plus écouter…

Il offre un temps pour se rencontrer et rencontrer son chagrin sans jugement aucun.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *